Partir à la découverte de son clown ce n’est pas faire le clown mais laisser surgir ce personnage qui est en nous et le faire vivre. L’occasion d’un partage de tendresse et de rire, un rappel à notre énergie vitale.

atelier-couleurs-du-vent-01

Pratique d’expression et de vie, le Clown

Ambition de travail du comédien

Laisser place à la présence, à l’expression de son propre clown, et lui remettre en confiance l’instant de l’improvisation. Permettre à son clown d’être en relation permanente avec son intériorité, avec son environnement et ses partenaires (public, partenaire duo).

Investissement du comédien – Par quelle attitude ?

Laisser faire son clown en tant qu’observateur vigilant et respectueux de soi et d’autrui. Lâcher prise du mental sur l’instant pour donner à son clown l’écoute nécessaire dans ses relations afin de se nourrir des opportunités de jeux (ping, intérieur et extérieur). Rendre disponible son corps (harmonisation physique, voix, centrage) et le remettre en confiance à son clown. Soutenir l’extension de l’opportunité saisie par son clown, par le centrage du comédien, tout en maintenant une ouverture et une prise en compte maximum dans ses relations, par la présence du clown.

Les notions apprivoisées

Chausser le masque est un rituel de centrage, il symbolise le relais entre le comédien et son clown.

La relation est pour le clown l’essence même de son existence, elle se veut permanente, se tisse sur différents plans et s’entretient par de multiples moyens.

Le ping est un élément, de l’ensemble de la matière de jeu de l’instant, il peut donc apparaître en interne du clown et également au sein de son environnement proche (sens, partenaire). Il représente une proposition, une direction pour le jeu. L’évolution de l’improvisation est structurée par l’être du clown répondant aux ping qui s’imposent à lui.

Les outils utilisés pour le travail du comédien

Le masque symbolise la présence du clown. Le clown existe au monde par le corps du comédien.

Le regard est la source de relation privilégiée entre le clown et son partenaire, il permet à la fois de nourrir le clown dans ses partages avec son partenaire et à la fois d’offrir au public la résonance de son vécu de l’instant. L’imitation, avec décalage, ouvre un espace de jeux permettant d’installer la relation au partenaire. Le comédien offre alors à son clown un temps de partage qui favorise l’émergence du ressenti par le corps et l’extension progressive de la matière de jeu de l’instant.

Contexte de travail – Temps – Espace – Humain

Espace public (assis), coulisse unique, scène étendu au maximum.

Le nombre de participants n’est pas limité, possibilité de solo, duo, troupo.

Le temps est une caractéristique souple afin de donner un maximum de liberté au clown dans l’épanouissement du processus de relation et de construction au sein de l’improvisation.

Le lieu de travail se veut simple et neutre.